octobre 19

Non ! Bien évidemment. A présent, transposons ce proverbe au sens figuré. Ce n’est pas vraiment différent.
Cette fois-ci, imaginons un contexte un peu différent.
Vous êtes au milieu de collègues de travail.

Quelques instant auparavant, un de ces mêmes collègues que vous connaissez à peine, s’est très méchamment moqué de vous.
Vous n’avez bien entendu, pas vraiment apprécié la scène. Vous décidez sans réfléchir de vous venger avec la ferme intention de lui faire payer au décuple le mal qu’il vous a fait.
Vous réfléchissez quelques instants (en général trop courts…) et vous assénez à l’assemblée une rumeur dévastatrice sans penser aux conséquences que cela pourrait avoir.
Monsieur à des mœurs bizarres…,  on le voit souvent traîner dans des coins mal famés de la ville…, en fait, vous vous lachez avec les trucs les plus infâmes, etc. Bien sûr, seulement des mensonges.
Après tout, a-t-il réfléchi, lui, lorsqu’il vous a ridiculisé en public. Non, c’est décidé, vous allez l’enterrer!

Voilà, c’est fait, vous avez agit.
Étrangement, vous ne vous sentez pas aussi bien que vous le pensiez. Et là, un de vos collègues vous explique avec jubilation que la personne que vous venez de pulvériser avec un sentiment de toute puissance n’est autre que…  le fil du  patron qui effectue un stage de quinze jours dans l’entreprise de son père.
Premier réflexe, de toute façon, il l’avait mérité. On n’agit pas avec les gens comme il l’a fait. C’est vrai. Mais vous ? Avez-vous l’impression d’avoir été différent ? Franchement…?

Et puis, vous commencer à réaliser. Le fils du patron, quand même ! Vous êtes peut-être allé un peu loin (remarquez le « peut-être »).
Vous essayez alors d’imaginer les issues possibles à la situation. Vous prenez lentement (cependant bien trop vite) conscience des conséquences désastreuses de vos actes.
Un blâme, une mise à pied. Peut être même un renvoi. Outre le fait d’avoir humilié quelqu’un que vous ne connaissiez même pas, vous vous dites que la situation vous échappe totalement et c’est un euphémisme.
Vous êtes en plein cauchemar. Malheureusement, il est déjà trop tard. Vous ne pouvez empêcher cette fausse rumeur, que vous avez vous même lancée, de se propager comme une traînée de poudre parmi les employés de l’entreprise.
Vous ne maîtrisez plus rien. Le mal est fait, l’incendie est allumé. Pour quelques secondes d’égarement, vous avez mis sans réfléchir en péril la réputation d’un chef d’entreprise.
Tout ça, en prononçant à l’encontre de son fils, quelques mots qui n’auraient jamais dû sortir de votre bouche. Vous vous jurez alors mais un peu tard que l’on ne vous y reprendra plus et c’est tant mieux.
Maintenant, imaginez-vous un instant à la place de ces personnes.

Nous nous sommes compris… ?

Avez-vous déjà eu des expériences de ce genre?
Faites-nous donc partager ces moments difficiles.